Statuaires & représentations
de l’histoire dans l’espace public

Croisée Histoire

10 Janvier 2020
Salle d’Honneur, Mairie de Sainte-Luce
Sainte-Luce, Martinique

Les éclaireurs

Anny Curtius
Professeure en Théorie culturelle postcoloniale, University of Iowa, USA

David Né
Artiste chercheur polymorphe

Érick Noël

Professeur des Universités en Histoire, UA Pôle Martinique

Le maître
de cérémonie

Frédéric Lefrançois
Docteur en Langues et Littéraires comparées, Maître de conférences UA

Le batelier

Abel Louis
Docteur en Histoire

Liminaire

La statuaire est, d’une part, l’art de réaliser des statues et d’autre part, l’ensemble et caractères des statues appartenant à une époque, à un pays, à un monument (la statuaire grecque, étrusque, romaine…), à un genre (la statuaire monumentale, la statuaire sacrée…) Ce sont, enfin, des idéologies, des représentations ou des imaginaires… Dans la doxa occidentale (la vision des élites européennes, par exemple), elle fait partie de l’environnement public et est l’émanation, plus souvent que rarement, de choix politiques intentionnels. Elle se veut la représentation consensuelle et admise d’une lecture de l’Histoire — l’objectif originel étant de faire peuple, d’unir, d’homogénéiser et faire admettre, par le plus grand nombre, une certaine vision de l’histoire, d’ailleurs subjective —.

Mais lorsque l’histoire d’un pays est traversée par des convulsions singulières, comme celles qui ont bousculé nos sociétés postcoloniales caribéennes (esclavage, commerce des hommes ou colonisation) peut-on alors, de cette verticalité imposée de l’Histoire ailleurs, construire ici, un imaginaire collectif, dans toute sa « diversalité » ? En d’autres termes, ne risque-t-on pas, en occultant cette part sombre de l’histoire, d’obérer à la fois, la paix d’une nation, quelle qu’elle soit et la sérénité entre les diverses communautés qui la composent ? Pour preuve, les récents évènements sociaux et scandales sanitaires qui font resurgir les brisures d’un passé douloureux. Est-il possible, par conséquent, de conjuguer Histoire et Transhistoire (dans l’acception glissantienne in Traité du Tout-Monde, p. 113, de « réseau » ou « d’archipel ») dans des pays toujours dans la spirale infernale de la domination des peuples, du colonialisme et de l’impérialisme ?

Résumés des éclaireurs

L’Impératrice Joséphine et le Général Robert E. Lee :
Esclavage – Statues – Nœuds de mémoire

Cette présentation propose une réflexion comparative autour de la statue de l’Impératrice Joséphine décapitée à Fort-de-France en septembre 1991 et la statue du général confédéré Robert E. Lee retirée de son piédestal à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) en 2017 et source de lourdes tensions sociales à Charlottesville (Virginie). Dans le cas de la statue de Joséphine, c’est le cycle de réappropriations artistiques et politiques du monument et les chorégraphies idéologiques autour du square de la Savane jouxtant la statue et renommé Allée Vœu de Champagney, qui sont déterminantes pour l’analyse. Quant à la statue de Robert E. Lee, la mort tragique de Heather Heyer (figure symbolique des droits civiques) à Charlottesville en août 2017, et la décision controversée du maire de La Nouvelle-Orléans de déboulonner la statue de Lee sont significatives. Il s’agira donc de montrer comment à travers ces deux statues, et dans des contextes post-esclavagistes spécifiques, des communautés de mémoire se constituent pour déconstruire ou renforcer des positionnements hégémoniques, reconfigurer des espaces identitaires et démêler des nœuds historiques.

Mots-clés : Impératrice Joséphine ; Général Robert E. Lee ; États-Unis ; Martinique ; nœuds de mémoire ; trauma de l’esclavage ; chorégraphie idéologique ; palimpseste ; contexte post-Obama ; contexte postcontact.

La question des responsabilités du rétablissement de l’esclavage en 1802

Le personnage de Joséphine de Beauharnais n’a cessé de faire l’objet de controverses, entre les nostalgiques d’une splendeur coloniale perdue et les détracteurs d’un système esclavagiste que Bonaparte, son époux, a voulu restaurer. Quel a donc été l’itinéraire de la première femme du futur Napoléon Ier, entre sa jeunesse à la Martinique et les lendemains de la Révolution, correspondant à un retour de l’ordre ancien et sa propre consécration ? A-t-elle joué un rôle actif, du fait de ses liens avec le milieu colonial, ou est-elle restée en retrait ? On s’interrogera, au-delà du politique, sur la question des choix personnels qu’elle a dû faire, alors que sa famille demeurait aux Trois-Îlets

Mots-clés : Le personnage de Joséphine de Beauharnais, Napoléon Bonaparte, controverses, milieu colonial, système esclavagiste, responsabilités, rôle actif, rôle passif, choix personnels

Mea Culpa de Joséphine, (2013, David Né)

C’est en fin d’année 2013 que l’artiste David Né a débuté son projet d’intervention sur les monuments vandalisés dans l’espace public. Sa première œuvre nommée « Mea-culpa de Joséphine ou le repentir de Joséphine », mêle photomontage et texte poétique. Elle est suivie de la vidéo performance intitulée « Schœlcher, des circonstances exténuantes » en 2015. L’intervention de David Né s’articule autour d’un texte poétique que l’artiste intitule « Hommage à la statue de Marie Josèphe Rose Tascher de la Pagerie Beauharnais, dit Joséphine pour les intimes ». Celui-ci servira de fondement pour l’analyse de l’œuvre photographique « Mea-culpa de Joséphine ».

Mots-clés : Représentation de l’histoire, Statuaire, Monuments vandalisés, Joséphine de Beauharnais, Martinique, Street art Caribéen, Performance photo et vidéo, David Né, Croisées Culturelles.

Urbanîle, l’île est une ville

20 Août 2016
Croisée poétique Urbanîle (Prix Flechkann-Maryse Condé) de Jean-Marc Rosier avec Gérald Désert, Doctorant en études hispanophones.


__________

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Urbanîle, l’île est une ville

20 Août 2016
Croisée poétique Urbanîle (Prix Flechkann-Maryse Condé) de Jean-Marc Rosier avec Gérald Désert, Doctorant en études hispanophones.


__________

Émergence d’une identité caribéenne canadienne anglophone

Croisée critique, à partir de l’ouvrage Émergence d’une identité caribéenne canadienne anglophone de Rodolphe Solbiac, MCF en littérature caribéenne anglophone Alexandra Roch, Docteur en littérature caribéenne anglophone, Gérald Désert, Doctorant en étude hispanophones


__________

22 Octobre 2016
Croisée culturelle Patrimoine et Mémoire à la Martinique avec André Lucrèce, directeur des Cahiers du patrimoine, Sonia Tourville – designer (réflexion sur le mobilier créole), Martial Bazabas, infographiste (concepteur du Théâtre de Saint-Pierre en 3D), Jean-Pierre Arsaye, Au Béraud l’éphémère (quartier désapparu de Fort de France).

__________

26 novembre 2016
Croisée littéraire : La littérature érotique aux Antilles avec Nadia Chonville Doctorante en sociologie ès étude de genres, Amandine Forgeront, Doctorante en traductologie, Alexandra Roch, Docteur en littérature caribéenne anglophone

17 décembre 2016
Croisée culturelle La chanson politique en Haïti et à Cuba avec Alexandra Roch, docteur en littérature caribéenne anglophone) et Jean-Louis Joachim MCF Espagnol)