Aimé Césaire
Dramaturge, poète, essayiste, biographe

Langues d’écriture
Français

Œuvres principales

Poésie

  • 1939 Cahier d’un retour au pays natal, Revue Volontés no 20, 1939, Molina, La Havane, traduction espagnole par Lydia Cabrera, préface de Benjamin Péret et illustration par Wifredo Lam, 1943, Pierre Bordas, Paris et Brentano’s, New York, édition bilingue, 1947, Présence africaine, Paris, 1956.
  • 1946 Les Armes miraculeuses, 1946, Gallimard, Paris, 1970
  • 1947 Soleil cou coupé, 1947, Éditions K., Paris, 1948
  • 1950 Corps perdu (gravures de Picasso), Éditions Fragrance, Paris, 1950
  • 1960 Ferrements, Seuil, Paris, 1960, 1991
  • 1961 Cadastre, Seuil, Paris, 1961
  • 1976 Œuvres complètes (trois volumes), Desormeaux, Fort-de-France, 1976
  • 1982 Moi, laminaire, Seuil, Paris, 1982
  • 1994 La Poésie, Seuil, Paris, 1994. (Ce volume, qui compile toute l’œuvre poétique de l’auteur, figure au programme de l’agrégation de lettres modernes de 2009 à 2011, au sein du thème de littérature comparée intitulé Permanence de la poésie épique au XXe siècle).
  • 2010 Sept poèmes reniés suivi de La Voix de la Martinique, édition bibliophilique (David Alliot éditeur), Paris, 2010

Théâtre

  • 1958 Et les chiens se taisaient, Présence africaine, Paris, 1958, 1997
  • 1963 La Tragédie du roi Christophe, Présence africaine, Paris, 1963, 1993
  • 1966 Une saison au Congo, Seuil, Paris, 1966, 2001
  • 1969 Une Tempête, d’après La Tempête de William Shakespeare : adaptation pour un théâtre nègre, Seuil, Paris, 1969, 1997

Essais

  • « Conscience raciale et révolution sociale », L’Étudiant Noir, journal mensuel de l’association des étudiants martiniquais en France, mai-juin 1935 http://www.letudiantnoir.com/ [archive]
  • 1948 Esclavage et colonisation, Presses universitaires de France, Paris, 1948, réédition : Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage, Éditions Le Capucin, Lectoure, 2004
  • 1950 Discours sur le colonialisme, éditions Réclame, Paris, 1950 ; éditions Présence africaine, 1955
  • 1987 Discours sur la négritude, 1987, Paris, Présence africaine, 2004 (avec le Discours sur le colonialisme).
  • Aimé Césaire, écrits politiques, vol. 1-5, Paris, Jean Michel Place, 2013-2018.

Correspondance

  • 1956 : Lettre à Maurice Thorez, Présence africaine, 16 pages, (avant-propos de Alioune Diop).

Biographie

  • 1962 Toussaint Louverture, La révolution Française et le problème colonial, Présence africaine, Paris

Entretiens

  • 2004 Rencontre avec un nègre fondamental, Entretiens avec Patrice Louis, Arléa, Paris
  • 2005 Nègre je suis, nègre je resterai, Entretiens avec Françoise Vergès, Albin Michel, Paris

Enregistrement audio

  • 1994 Aimé Césaire, Hatier, Paris, Les Voix de l’écriture

Distinctions
Mélanges Caraïbes a organisé un Colloque International du 13 au 15 novembre 2013 intitulé Albert Camus, Aimé Césaire, Poétique de la Révolte à l’Atrium pour commémorer l’année de naissance des deux auteurs. Un ouvrage collectif a été édité chez l’éditeur Hermann en 2018 sous la direction de Alexander Dickow et de Buata B. Malela.

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe (Martinique) et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique), est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Fondateur et représentant majeur du mouvement littéraire de la négritude — avec Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas —, anticolonialiste résolu, il mène en parallèle une carrière politique en tant que député de la Martinique et maire de Fort-de-France durant cinquante-six années consécutives, de 1945 à 2001.